Consultant/e Internationale-Charge/e De Nutrition

CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU POSTE

L’Indice de Développement Humain (IDH) d’Haïti se trouve au rang 169 sur 189 pays en 2019. Les taux d’extrême pauvreté et de pauvreté sont élevés et leur cause est multidimensionnelle. Cette pauvreté se manifeste notamment par des taux d’analphabétisation élevés, une espérance de vie de 63.29 ans en 2017, une mortalité infantile élevée et d’importantes inégalités entre les sexes. Une grande majorité de la population n’a pas accès aux services de base tels que l’eau potable, l’électricité, assainissement et couverture maladie.

Selon la dernière analyse de la classification intégrée des phases de sécurité alimentaire (IPC) réalisée en Haïti (septembre 2020), 4 millions de personnes étaient confrontées à une insécurité alimentaire aiguë élevée (IPC phase 3 et 4) entre août et février 2021, dont 900 000 personnes en IPC phase 4 (urgence). De mars à juin 2021, cette analyse prévoyait une aggravation de la situation, avec 4,4 millions de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë élevée et 1,2 million de personnes en phase 4 du CIP.

En outre, la situation nutritionnelle est précaire et la forme la plus répandue de malnutrition est le retard de croissance (déficit en taille par rapport à l’âge) avec une prévalence de 22,7% (SMART Janvier 2020) chez les enfants de moins de 5 ans, soit un enfant sur cinq. Ce niveau est resté inchangé depuis 2012 et restera insuffisant pour qu’Haiti puisse atteindre la cible globale de réduction du retard de croissance de 50% d’ici 2030 soit une prévalence de 11%. De plus, les résultats de l’enquête nationale nutritionnelle et de mortalité SMART, de Janvier 2020, indiquent une augmentation des taux de malnutrition aigüe globale élevé (de 4,1% en 2012, à 6% en 2020) et un état d’urgence signalé dans l’aire métropolitaine de Port au Prince avec un taux de malnutrition aigüe sévère de 2,1% .

Par ailleurs, la crise liée au COVID-19 au niveau mondial a un impact sur les marchés, les mouvements des personnes et les moyens d’existence des ménages en situation de vulnérabilités, entre autres. Les inégalités entre les genres qui découlent du construit social et renforce de rôles respectifs assignes aux femmes et aux hommes déterminent de quelle manière les femmes, les hommes, les filles et les garçons sout touchées et leur capacité de faire face aux crises alimentaires.

Ainsi, le PAM a revu sa stratégie de réponse élaborée fin 2019 et compte désormais assister environ 900,000 personnes à travers le pays en 2021 avec toujours une assistance en vivres et transferts monétaires destinées aux ménages vulnérables des zones en IPC3+, complétée par des activités de communication pour le changement de comportement en nutrition, hygiène et genre. Par ailleurs, les projets résilience du PAM se sont amplifiés depuis l’année 2019 avec l’obtention de nouvelles sources de financements sur le long terme. Ensuite, le PAM continue de soutenir jusqu’à 300 000 filles et garçons de l’âge scolaire lors de l’année académique 2020-2021 dans le programme d’alimentation scolaire à travers de pays.

Le PAM a adopté de nouvelles approches pour soutenir les efforts dans la prévention de la malnutrition, dans le but de casser le cycle intergénérationnel de transmission de la malnutrition ; au travers de la mise en œuvre d’activités sensibles à la nutrition SBCC (Social Behaviour Change Communication), de la distribution de suppléments nutritionnels pour les enfants et femmes enceintes et allaitantes, de la réalisation de programmes spécifiques à la nutrition chez les personnes atteintes du VIH/SIDA. Ces activités sont prévues de manière transversales au sein des projets d’urgence, de résilience, de cantine scolaire et de protection sociale.

Le PAM requiert alors un/une responsable des activités de nutrition au niveau du bureau de Port au Prince, afin d’assurer un support technique à la mise en œuvre des activités sensibles à la nutrition, à l’hygiène de façon transversale sein des différents projets de l’unité Programmes.

RESPONSABILITES DU POSTE

Sous la supervision directe du Chef Résilience et RRD, le/la Chargé/e de Nutrition sera responsable de :

  1. Apporter un support technique en nutrition au bureau pays du PAM en Haiti pour le développement et la mise en œuvre d’activités sensibles à la nutrition, dans le cadre des différents programmes, incluant les projets d’assistance d’urgence de sécurité alimentaire, le programme de cantine scolaire, les projets de résilience en sécurité alimentaire et les programmes de protection sociale.

a. Appuyer techniquement les partenaires coopérants, pour la mise en œuvre des activités de sensibilisation à la nutrition et à l’hygiène ainsi que les activités de dépistage de la malnutrition aigüe à l’aide du MUAC. Assurer que les activités soient adaptées au contexte environnemental et social de la zone d’intervention, et qu’elles soient menées en synergie avec les institutions étatiques et organisations pertinentes ayant des dynamiques en cours dans les communes ciblées. Assurer une collaboration efficace avec les partenaires pour atteindre les indicateurs fixés, en respectant la durée impartie pour le projet. Identifier les risques potentiels de mise en œuvre, en proposant des solutions pertinentes pour leur mitigation.

b. Travailler en collaboration avec la responsable des activités de de communication pour le changement de comportement en nutrition (SBCC), et la responsable genre au sein du bureau ; pour développer, déployer et tester des approches et stratégies SBCC innovantes dans le but de prévenir les problèmes de malnutrition. c. Suivre et analyser les données en nutrition des programmes, et contribuer à la préparation de rapports précis et opportuns sur les activités nutrition des programmes qui permettent une prise de décision informée à la Direction et aux différents bailleurs de fonds. 2. Dans le cadre des opérations d’urgence, organiser la distribution de suppléments nutritionnel aux familles ayant des enfants de 6 à 59 mois, afin de prévenir la malnutrition infantile :a. En coordination avec l’équipe d’urgence, identifier les groupes et zones cibles pour recevoir le produit.b. En coordination avec le partenaire de mise en œuvre et la Direction Sanitaire départementale, assurer que les bénéficiaires recevant le produit soient sensibilisés au mode de préparation et d’utilisation du supplément nutritionnel. 3. Accompagner et superviser une équipe d’assistants aux programmes dont une personne basée à Port au Prince et deux autres personnes basées au sein des sous bureaux du PAM. 4. De façon conjointe avec l’équipe M&E, fournir un support technique en nutrition pour le suivi et l’évaluation, des activités menées sur le terrain ; au travers de développement d’enquêtes qualitatives et quantitatives. 5. Apporter un appui dans le cadre du développement de nouvelles propositions de projets ainsi que dans l’élaboration de rapports internes et externes. 6. Assurer le renforcement de compétences en nutrition et hygiène du personnel de terrain. Assurer un accompagnement et un support dans l’accomplissement de leurs missions. 7. Représenter le PAM aux groupes de travail et secteurs nutrition, réunions de coordination inter agences et autres réunions pertinentes avec le bureau régional. 8. Assurer que les activités en nutrition du PAM sont en ligne avec les politiques nationales, que les approches sont cohérentes et coordonnées avec les activités et programmes en nutrition et en sécurité alimentaires, mis en œuvre par le gouvernement, les autres agences des Nations Unies et d’autres partenaires clés. Mener la recherche continuelle de synergies avec les différentes parties prenantes dans un esprit collaboratif, de renforcement des programmes, d’intégration dans les dynamiques existantes et de non duplication des activités – dans le domaine de la nutrition sensible, spécifique ainsi que dans le domaine de la fortification alimentaire. 9. Exécuter toute autre tâche tel que demandé par le superviseur.

QUALIFICATION ET EXPERIENCE REQUISES

EDUCATION

Un master/diplôme universitaire dans une des thématiques suivantes : nutrition, santé publique, santé et nutrition à l’international/dans les pays en développement, communication pour le changement de comportement en santé.

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

Ø Au moins trois ans d’expérience professionnelle en lien avec la gestion/coordination de projets humanitaires, notamment dans le secteur de la nutrition.

Ø Au moins trois ans d’expériences professionnelles qui ont supposé une coordination interinstitutionnelle avec différents acteurs humanitaires (organisations internationales, ONG…), institutions gouvernementales, organisation de la société civile.

Ø Une expérience de travail en Haïti est un atout.

COMPETENCES ADDITIONNELLES

ü Connaissances en programmes prévention et traitement de la malnutrition.

ü Connaissance des méthodologies de Communication pour le changement sociétal et de comportement (SBCC) en nutrition et hygiène.

ü Expérience dans le développement et la mise en œuvre de programmes de transferts monétaires sensibles à la nutrition.

ü Expérience dans la mise en œuvre de projets dans le domaine de la fortification alimentaire

ü Forte motivation pour exercer les responsabilités requises.

ü Habitude de travail en équipe avec staff national (environnement multiculturel).

LANGUES

ü Très bonne maîtrise du français (écrit, parlé, lu)

ü Bonne maîtrise de l’anglais (écrit, parlé, lu)

ü Des connaissances en créole sont un atout

How to apply

Consultant/e Internationale-Charge/e De Nutrition

Lien Externe : https://career5.successfactors.eu/sfcareer/jobreqcareer?jobId=152128&company=C0000168410P **

About dola dola

Check Also

Communications Officer, P3, Guatemala City/Geneva

Organizational Setting and Work Relationships In line with its Global Communications Strategy, UNHCR requires skilled …